• [halshs-02897441] Droite et Gauche, des cultures aux religions : regard comparatif sur un portrait du couple Bien-Mal
    19 août 2020
    La relation de la culture et de la religion est réciproque. Les cultures sont sous l'impact des religions et celles-ci subissent également l'impact des cultures. Ainsi parfois ce sont les éléments culturels d'une ethnie se manifestent de manière plus importante dans la religion de cette dernière, et parfois ce sont les enseignements religieux qui influencent la culture. Les côtés droit et gauche forment une opposition qui a des retentissements dans les deux domaines de la culture et de la religion. De par son existence dans les textes religieux, ce couple acquiert une connotation religieuse assez forte ; il a en plus une place importante dans différentes cultures que ce soient monothéistes ou même païens. Dans cet article, nous essayerons de nous pencher dans un premier temps sur l'origine et l'influence de ce couple dans l'un ou l'autre des domaines de la religion et de la culture où un schéma physique devient le critère du Bien et du Mal. Nous nous interrogerons sur son aspect multidimensionnel et étudierons les spécificités de ce couple évoquant un dualisme fort. Ainsi nous étudierons les impacts mutuels des connotations religieuses et culturelles de ce couple et ce à travers l'étude de différentes cultures. Dans un second temps, nous nous intéresserons aux textes sacrés de différentes religions afin d'y repérer les évocations à ce dualisme. Nous pourrions ensuite porter un regard comparatif sur les textes provenant de différentes religions et nous attarderons notamment sur la jurisprudence chiite qui s'avère un terrain fertile à l'existence de ce dualisme qui servirait d'un point de repère entre le Bien et le Mal.
  • [hal-02480351] HOW THE LEGACY OF LENINISM STILL STRUCTURES THE INTELLECTUAL DEBATE IN FRANCE
    21 février 2020
    It should be interesting to study here the moment when Louis Althusser, just before the "sixty-eight" period, poses the doctrinal return to Lenin as a precondition towards "theoretical anti-humanism". This concept opens the way to ideas such as the "death of Man", the ideological underpinning of trans-humanism, borderless, and transgender movements. It is necessary, therefore, to draw the theoretical path of this return, as happened to the detriment of this other model of theoretical explanation of history's grammar, such as "social interaction" (which thinks the morphology of complex societies as a dynamic movement dialectically generated by the permanence of the so-called "social conflict"), and that it is possible institutional resolution, at least in a democratic regime.
  • [hal-01953249] Cortical drive and thalamic feed-forward inhibition control thalamic output synchrony during absence seizures
    31 août 2020
    Behaviorally and pathologically relevant cortico-thalamo-cortical oscillations are driven by diverse interacting cell-intrinsic and synaptic processes. However, the mechanism that gives rise to the paroxysmal oscillations of absence seizures (ASs) remains unknown. Here we report that during ASs in behaving animals, cortico-thalamic excitation drives thalamic firing by preferentially eliciting tonic rather than T-type Ca 2+ channels (T-channels)-dependent burst firing in thalamocortical (TC) neurons, and by temporally framing thalamic output via feed-forward reticular thalamic (NRT)-to-TC neuron inhibition. In TC neurons, overall ictal firing is markedly reduced and bursts rarely occur. Moreover, block of T-channels in cortical and NRT neurons suppresses ASs, but in TC neurons has no effect on seizures or on ictal thalamic output synchrony. These results demonstrate ictal bidirectional cortico-thalamic communications and provide the
  • [hal-01802895] Francophonie et médiation économique entre l'Asie et l'Afrique : quelles capacités ?
    10 février 2020
    La Francophonie peut jouer un rôle déterminant dans la structuration de la dynamique économique entre l’Asie et l’Afrique. Pour ce faire, elle peut s’appuyer sur ses acquis politiques et la diversité de son espace économique. Toutefois, son engagement économique devra surmonter de nombreux obstacles liés aux situations respectives de l’Afrique, de l’Asie et de la Francophonie elle-même. En même temps, la Francophonie devra crédibiliser son action économique pour ne pas subir les performances des autres espaces de coopération qui jouent déjà la médiation économique entre l’Afrique et l’Asie.
  • [hal-01808656] Réinvestir une notion fatiguée : les dynamiques contemporaines de l'émergence dans l'espace francophone inaugurent-elles une révolution symbolique ?
    23 octobre 2020
    L'examen attentif des expressions présentes de l'émergence appelle à un constat à la fois banal et incontournable : l'émergence est une notion épuisée et recouvrant une forme d'ambiguïté qui tient largement et historiquement à la caractérisation d'entités complexes irréductibles. Parfois assimilée à un « label » oscillant « entre une ubiquité scientifiquement peu féconde et une focale encore lourdement centrée sur les phénomènes économiques et politiques » (Fleury et Houssay-Holzschuch, 2012), elle est aujourd'hui surinvestie par les économistes et les acteurs publics ambitionnant, dans un temps moyen ou long, de bâtir des pays émergents 1. L'émergence semble avoir donné lieu à la formation d'un récit univoque sur ses visages, bien loin d'un objet ouvert et fluide. C'est à ce titre qu'il doit appeler à des éléments de narration alternatifs au nom d'une sorte de révolution symbolique à l'oeuvre (Bourdieu, 2013) dans la manière de cerner et de comprendre le phénomène. Or, dire autrement les dynamiques d'émergence en se situant sur les terrains asiatique et africain nécessite d'organiser une résistance face au péril du lieu commun et de l'évidence qui gouverne trop souvent les analyses sur les relations entre ces deux continents, vues essentiellement sous un jour flamboyant des balances commerciales qu'alimentent régulièrement les sommets Chine – Afrique. Cet effet chiffré, structurel et parfois « trompe-l'oeil » (Gabas et Losch, 2008) amène néanmoins à une grande mobilisation institutionnelle reconfigurant l'ordre international (Jaffrelot, 2008 ; Milani Carlos, 2011). 2Loin d'une interrogation sur la capacité des pays émergents à rendre cet ordre plus égalitaire ou tout au moins multipolaire, le choix de la publication d'un numéro spécial sur « La Francophonie, liaison entre mondes émergents : Dynamiques Asie-Afrique » se base sur deux constats majeurs. D'une part, le contexte des relations internationales qui est marqué par des changements importants depuis le début du XXI e siècle dont l'irruption de certains pays en développement en tant qu'acteurs clés et véritables parties prenantes au dialogue mondial dans le commerce et l'économie (Lamy, 2012). L'Asie est la partie de la planète la plus concernée par cette évolution traduite non seulement par la croissance économique élevée de plusieurs pays mais aussi par de nouvelles dynamiques de coopération entre eux et le reste du monde, notamment l'Afrique (Ferréol, 2017). D'autre part, les évolutions au sein de la Francophonie, organisation regroupant 84 États et gouvernements, donnent à penser à une refondation institutionnelle basée sur une volonté d'articuler des entités émergentes, ni empilées et stratifiées, mais en interaction. Le renforcement de sa dimension économique à côté des territoires culturels et politiques de son action, notamment avec l'adoption de la Stratégie économique pour la Francophonie en 2014, témoigne de sa prise en compte du contexte mondial actuel marqué par une ontologie pluraliste. 3Ce numéro spécial regroupe des travaux et réflexions de différents chercheurs venant principalement de l'Asie et de l'Afrique qui analysent le sujet non seulement par leurs connaissances académiques mais aussi par leurs riches expériences sur terrain. Trois entrées permettent de caractériser l'effort de diversification théorique et empirique des territoires de la facilitation francophone en matière d'émergence : d'une part, « les dynamiques Asie-Afrique : une réalité tangible dans les relations internationales au cours de ces dernières années » (1) ; d'autre part « la Francophonie : quelle liaison entre mondes émergents ? » (2) et enfin, la présentation des différentes contributions (3).
  • [hal-01805179] Gouvernance sécuritaire micro-régionale et triomphe de la souveraineté. Une autre lecture de la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram par les États autour du lac Tchad
    16 octobre 2020
    La mise en place de la Force Mixte Multinationale (FMM) par les États du Lac Tchad est un moment clé de la lutte contre Boko Haram (BH) dans sa perspective expansionniste contre les territoires et les souverainetés respectives du Cameroun, Nigeria, Niger et du Tchad. En fait, en tentant de disqualifier les légitimités territoriales de ces États, BH a simplement réveillé les autorités de ces pays quant à la nécessité d’une consolidation de leurs souverainetés dans leurs périphéries territoriales. A l’observation, le combat de ces États contre BH témoigne d’une reconfiguration circonstancielle de la gouvernance sécuritaire d’une microrégion dont l’histoire a toujours été faite de transactions tant informelles que formelles, et où la pertinence de l’institution étatique est souvent contestable. Dans cet article, nous montrons que la FMM n’est pas seulement la résultante d’un constat de la seule « faiblesse » de ces États, mais aussi un moyen de consolidation et d’approfondissement de la souveraineté afin de limiter la « fuite de la logique étatique » dans les marges territoriales de ces États.